Cependant, la suite de la visite va le ramener

à une réalité moins onirique :


Les déchets de moins en moins travaillés deviennent plus prégnant, voire agressifs et le visiteur finit plongé dans un vortex de déchets plastiques, comme dévoré par celui-ci.